Directive Postale Européenne : où en-est on?

Directive Postale EuropéenneLe 13 juillet 2020, la Direction générale du marché intérieur, de l’industrie, de l’entrepreneuriat et des PME (DG GROW) a lancé une consultation publique dans 23 langues officielles de l’UE intitulée « Consultation publique sur l’évaluation de la directive sur les services postaux ». Cette consultation a duré 17 semaines et s’est terminée le 9 novembre 2020.

L’objectif était de recueillir des avis sur nos services postaux universels, la qualité du service, l’accessibilité, la tarification, l’impact de la crise de la Covid-19 ainsi que le rôle de la directive et ses effets.

Voici quelques extraits des premières des contributions :

  • Au cours des deux dernières années, une grande majorité de consommateurs (dans la plupart des cas plus de 70 %) ont eu recours à des services de correspondance personnelle (lettres, cartes, articles), ont envoyé ou reçu des documents gouvernementaux et ont utilisé des colis et des services de retour de commerce électronique,
  • La grande majorité des consommateurs sont satisfaits de la fréquence actuelle de livraison et de collecte des articles postaux dans leur État membre respectif. Un grand nombre préférerait une livraison de 6 jours comprenant le samedi,
  • La grande majorité des utilisateurs ont déclaré qu’au cours des 10 dernières années, ils ne se sont pas abstenus d’utiliser le service de courrier postal national ou intra-EEE en raison du montant facturé pour ces services,
  • 46% des parties prenantes qui ont répondu à la consultation estiment que le coût du service universel devrait être financé par le budget de l’Etat,
  • La plupart des consommateurs sont toutefois légèrement ou très insatisfaits de la fiabilité de la livraison (articles livrés), de la régularité (articles livrés à temps) et du lieu de livraison et de collecte (nombre de solutions alternatives),
  • Lorsqu’on leur a demandé dans quelle mesure ils étaient satisfaits de la façon dont le service universel ou les opérateurs postaux traitent les réclamations, la majorité des consommateurs ont déclaré qu’ils n’étaient pas satisfaits,
  • Interrogé sur l’effet de la pandémie covid-19 sur les tendances actuelles du marché postal, la majorité des parties prenantes s’entendent pour dire que la baisse des volumes de courrier électronique due aux communications électroniques, la baisse du courrier publicitaire, la croissance des colis nationaux et transfrontalier liée au commerce électronique va s’accélérer,
  • Lorsqu’on leur a demandé si certains des objectifs de la directive avaient été atteints, les répondants ont répondu oui à 77% pour un service universel à tous les citoyens à travers le territoire.

FO Com reste engagé dans les échanges européens sur le sujet. En effet, les discussions continuent avec nos homologues européens. Malheureusement, il n’y a pas dialogue social avec les opérateurs, ces derniers refusant d’adopter un mandat ou de discuter par exemple de l’impact du e-commerce… En France, FO Com n’est pas dupe non plus avec la création d’une nouvelle branche numérique et réseau, le regroupement des activités internationales… La consultation publique à l’échelle de l’Europe ne doit pas être un moyen pour écarter les organisations syndicales des entreprises de ce secteur d’activités, aussi stratégique que celui des activités et services postaux. Elles sont partie prenante sur ce sujet puisque représentant des millions de travailleurs en Europe.